Bilan 1 mois de jeûne intermittent : un échec !

échec et mat

Bonjour les athlètes, j’espère que vous allez bien et que vous progressez vers votre objectif !

 

Le titre de l’article est assez explicite…Je n’ai pas réussi à tenir les 4 semaines de jeûne intermittent 16/8. Dans mon article qui résume les 2 premières semaines d’expérience, je vous disais que je souffrais encore beaucoup de la sensation de faim ce qui engendrait une difficulté à me concentrer (surtout pour travailler sur ordinateur). J’avais aussi parfois des difficultés à faire mon renforcement musculaire lorsque celui-ci dépassait les 30 minutes ou était intensif le matin.

 

Le craquage

C’était un matin à la suite d’une séance de renforcement musculaire courte mais plutôt intense (elle n’a duré que 15 minutes) que j’ai rompu ce jeûne intermittent. En milieu de matinée après avoir essayé de résister une fois de plus à la sensation de faim, j’ai craqué. Je n’arrivais pas du tout à me concentrer, j’étais obnubilée par cette sensation de faim et je me sentais faible. Après au moins 1/2 heure de réflexion (du style “j’en ai trop marre, j’arrête”, aussitôt suivie par “aller, j’ai déjà fait 3 semaines, je peux encore tenir 1 semaine”) je me suis dis que cette forme de jeûne n’était peut être pas faite pour moi donc j’ai pris la décision d’arrêter. Mon égo en a pris un coup car je me disais que le bout du tunnel n’était plus très loin!!. Par contre, vous n’imaginez pas le plaisir que ça a été de manger 2 tartines de pain complet avec de la purée d’amande !! J’ai eu l’impression que c’était le paradis 😉

 

Les résultats

Côté poids : je n’ai pas perdu de poids entre la 2e semaine et la 3e semaine de jeûne, et je n’en ai pas encore repris de kilo depuis que j’ai recommencé une alimentation classique ce qui est plutôt rassurant car j’avais peur de l’effet yoyo.

Côté faim : depuis que j’ai arrêté le jeûne

  • j’ai moins faim qu’avant au réveil mais je prends avec plaisir un petit déjeuner (pour le moment, il est beaucoup moins copieux qu’avant le jeûne) ;
  • je suis très attentive aux signaux de faim et de satiété envoyés par mon corps pour éviter de manger trop et prendre du poids (le fait de repasser à 3 repas par jour pourrait me faire consommer plus de calories que ce dont j’ai besoin) ;
  • l’inconvénient c’est que la sensation de faim au goûter est revenue depuis l’arrêt du jeûne de même que l’envie de manger sucré à ce moment-là de la journée. Quand je pratiquais le jeûne intermittent, la durée entre le repas du midi et le dîner était moins grande que maintenant que j’ai repris une alimentation classique. Je suis donc plus tentée de faire un goûter vers 17h30 pour éviter d’avoir l’estomac dans les talons à 20h. Mais après 3 semaines à résister à une grosse sensation de faim, je sais bien que ce que je ressens au moment du goûter est parfois plus lié au conditionnement et à la “peur” d’avoir faim qu’à une vraie faim.

Côté sport : c’est très agréable de savoir qu’à la fin de ma séance de renforcement musculaire je vais pouvoir manger et je crois que je me donne un peu plus à fond (surtout sur les grosses séances). Niveau endurance, pas de changement significatif mais comme mes séances font en général moins de 1h15, c’est peut être un peu court pour voir d’éventuels effets positifs sur la mobilisation des graisses à l’effort. A mes yeux, l’arrêt du jeûne, c’est retrouver la liberté de mon emploi du temps. Ca va me permettre d’adapter mes sorties en fonction de la température pour éviter les heures les plus chaudes. Comme ça, si j’ai envie d’aller courir le matin à jeun au réveil, je pourrais sans difficulté car je sais que je peux manger juste après pour bien récupérer (si vous n’avez pas encore lu cet article sur l’importance de la récupération, foncez tout de suite 🙂 De la même façon, si je fais une sortie tard en fin d’après-midi, je n’ai pas la contrainte de me dire que je dois manger avant 20h si je ne veux pas trop décaler ma période de 16h de jeûne.

Côté peau : pour le moment, ma peau reste belle comme pendant le jeûne intermittent…j’espère que ça va continuer^^

 

En bref

Je suis très contente d’avoir tenté cette expérience du jeûne intermittent. Même si je n’ai pas réussi à tenir les 4 semaines, j’ai appris beaucoup de choses sur mon corps :

  • je suis capable de tenir 16h sans manger ;
  • je suis capable de résister à la sensation de faim plusieurs heures (sans faire de malaise) ;
  • le jeûne intermittent a réduit mon attirance pour le sucré (uniquement quand je l’ai pratiqué) ;
  • le jeûne intermittent 16/8 sans le petit déjeuner ne me convient pas (en tout cas, pas pour le moment) ;
  • 3 semaines de jeûne intermittent ne m’a pas fait perdre de poids ni de masse grasse ;
  • je n’ai pas ressenti de changement sur mes capacités d’endurance ;
  • il m’est plus facile de sauter complètement un repas plutôt que de réduire la quantité de nourriture sur 1 ou plusieurs repas ;
  • le jeûne intermittent m’a permis de me recentrer sur les signaux envoyés par mon corps. Après avoir supporté la faim pendant plusieurs heures, je suis davantage capable de résister à l’envie de manger au goûter (distinction entre envie de manger et vraie sensation de faim).

 

En conclusion

Je pense que le jeûne intermittent ne convient pas à tout le monde mais il peut être intéressant de le pratiquer ponctuellement pour se recentrer sur soi et sur les signaux envoyés par notre corps en ce qui concerne les sensations de faim et de satiété. Je le vois un peu comme un “reset” qui peut être intéressant si on en ressent l’envie et le besoin, par exemple après les fêtes de fin d’année. Je pense aussi que cette pratique est d’autant plus intéressante chez les personnes qui ont tendance au grignotage afin de remettre en place des périodes de repos pour le système digestif. Dans tous les cas, les changements doivent être progressifs et être tenus dans la durée si on veut que les bénéfices soient eux aussi durables.

Bien que le jeûne intermittent ne me convienne pas sous cette forme, je ne suis pas fermée à l’idée de retenter l’expérience d’une autre façon. Je pense tester un jeûne de 1 à 3 jours prochainement. Par contre, je vais peut être attendre un gros week-end festif avant de mettre mon corps au repos 😉

 

 

Je pense faire d’autres défis alimentaires dans l’année comme par exemple 1 mois d’alimentation végétarienne ou encore 1 mois sans lait, sans gluten. Dites-moi dans les commentaires si vous êtes intéressés pour que je partage avec vous ces expériences dans mon blog. Si vous avez d’autres idées de défis alimentaires, dites-le moi dans les commentaires.

 

 

Photo par Piro4D

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Alexandra dit :

    Merci pour ce test et ce retour, c’est vraiment intéressant ! On lit partout que le jeune intermittent fait des miracles, qu’il change la vie, fait perdre du poids… Je pense, comme tu le dis, que certaines pratiques réussissent à certains et d’autres non et que le plus important dans tout ça, pour réussir à trouver son équilibre, c’est surtout d’apprendre à s’écouter et de connaitre son corps. Et pour ça, le sport aide bien à mon avis et faire des tests en gardant l’esprit ouvert aussi !
    Merci pour ton partage, j’attend la suite des expériences avec impatience 😉 et bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement l'ebook "Des réponses aux 4 questions les plus fréquentes sur l'alimentation des sportifs d'endurance"