Et si vous progressiez en faisant la sieste ?

Sieste par Free Photos

Bonjour les athlètes, j’espère que vous allez bien et que vous progressez vers votre objectif !

 

Entre la vie professionnelle, les enfants, les sorties avec les copains, le travail en horaires décalés, nous avons tous une ou plusieurs raisons qui font que nos heures de sommeil peuvent être grignotées. Savez-vous cependant que le manque de sommeil peut avoir plusieurs conséquences significatives sur vos capacités sportives : baisse de la capacité à utiliser le glucose, augmentation du risque de prise de poids et de développer un diabète, diminution des performances physiques, augmentation du risque d’hypertension artérielle…

 

Dormir une nécessité vitale

Dormir est un besoin physiologique  et surtout une nécessité vitale ! Quand on a soif, on boit, quand on a faim, on mange et quand on a envie de dormir, que faisons-nous ? Malheureusement nous sommes nombreux à ne pas écouter ce besoin en prenant un café ou des vitamines et en continuant à nous coucher tard alors que notre corps nous demande le contraire. Nous n’avons pas tous les même besoins de sommeil, cependant, il existe une constante : les effets de la privation de sommeil. Par exemple, des études ont montré que réduire le temps de sommeil à 4h par nuit pendant (seulement) 2 nuits chez des hommes jeunes suffit à déséquilibrer l’appétit et provoque une augmentation de la faim avec une attirance pour une nourriture riche en calories avec comme résultat une prise de poids. C’est évidemment à l’opposé de ce qu’on recherche pour optimiser nos performances en endurance. La dette de sommeil entraîne également un risque d’accident équivalent à celui de l’alcool :

  • 18h consécutives sans dormir = alcoolémie de 0.5g/l
  • 24h consécutives sans dormir = alcoolémie de 1g/l

 

Et s’il suffisait de 15 minutes par jour pour changer la donne ?

C’est la durée moyenne d’une sieste récupératrice ! Dans certains pays elle est une habitude de vie très ancrée alors qu’en France les avis sont partagés. En effet, elle est considérée à tort par certains comme un signe de fainéantise alors qu’elle améliore les performances, la productivité, la mémoire et la vigilance (surtout si vous êtes en manque de sommeil).

Contrairement à la sieste flash (de 1 à 5 min) et à la sieste longue (1h à 1h30) la sieste de 15 min comporte uniquement du sommeil lent léger autrement dit, vous entrez dans un moment de détente mais vous restez sensible à votre environnement. Elle se pratique en début d’après midi dans un endroit calme et dure entre 10 et 30 minutes (pas plus, sinon vous risquez de tomber dans un sommeil profond duquel il est toujours très dur de se réveiller et vous perdriez tout le bénéfice de la sieste). Vous en ressortez boosté pour le reste de l’après-midi.

 Quelques conseils pour la réussir :

  • attendez le moment où vous ressentez la somnolence (sinon ça sera beaucoup moins efficace) ;
  • mettez-vous dans un endroit calme (votre voiture ou votre bureau peuvent convenir en mettant par  exemple le dossier de votre siège en position inclinée)  et éloigné d’une lumière vive ;
  • programmez une alarme sur votre téléphone (entre 10 et 20 minutes suffisent en général) puis mettez-le en mode avion (je vous garantie que c’est hyper désagréable d’entendre une sonnerie ou même le vibreur au moment où on lâchait prise !!
  • détendez-vous et respirez calmement en laissant le sommeil arriver (pour vous aider, vous pouvez penser à des choses agréables) ;
  • à la fin de la sieste, vous pouvez vous étirer et boire un peu d’eau avant de repartir plein d’énergie.

Si vous n’avez pas l’habitude de faire la sieste, vous n’allez peut être pas vous endormir ou alors vous allez entrer dans un sommeil lent sans même vous en rendre compte mais ce n’est pas grave, le plus important est de lâcher prise et de vous relaxer. Les personnes qui ont l’habitude de pratiquer la sieste n’ont plus besoin de réveil tant leur organisme est habitué à ce bref moment de sommeil, ils sont “programmés” à se réveiller au bon moment.

 

Mon avis :

Certes elle n’est pas toujours facile à pratiquer au bureau mais elle offre un véritable regain d’énergie dont j’ai beaucoup de mal à me passer certains jours. Elle est idéale pour ceux dont les nuits sont trop courtes et qui ont du mal à modifier leurs habitudes de fin de journée (et aussi pour tous ceux qui ont des enfants en bas âge^^).

 

Êtes-vous adeptes de la sieste ? Dites nous ce que vous en pensez dans les commentaires et les bénéfices qu’elle vous apporte.

 

Données issues du Dossier de presse de l’étude de l’INPES “Les Français et leur sommeil” de 2008 et du livre d’Eric Mullens “Apprendre à faire la sieste, et si c’était un médicament”.

Photo par Free Photos

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Berny dit :

    Super article Elodie comme tous les autres. Je vous lis régulièrement, je manque terrriblement de sommeil et je m’entraine souvent avec ce déficit. Je bois souvent du café, c’est peut-être le fautif mais pas le seul.
    Sinon je voulais savoir si vous avez fait un article sur la perte de matière grasse ou le fasting/jeune intermittent avec ses avantages/inconveiniens ?

    Sportivement
    Berny

    • Elodie Cluzeau dit :

      Bonjour Berny, merci de votre commentaire! Au fil de mes lectures, je découvre de plus en plus que le manque de sommeil a un impact très large et qu’il est nuisible de multiples manières. Concernant la perte de graisses et le fasting, je n’ai pas encore abordé le sujet mais c’est prévu. Pour le jeûne j’ai un article en préparation pour la fin du mois! Sportivement, Elodie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon ebook et améliorez vos performances en mangeant mieux sans prise de tête