La patate douce : et si vous arrêtiez les pâtes ?

Patate douce

Bonjour les athlètes, j’espère que vous allez bien et que vous progressez vers votre objectif !

 

Bon je le reconnais, le titre est un peu exagéré^^. Dans cet article je ne vous propose pas d’arrêter de manger des pâtes mais plutôt de découvrir une alternative très intéressante pour les sportifs d’endurance. De plus en plus répandue et cuisinée, la patate douce est un tubercule qui présente de nombreuses qualités. Avec sa chair orangée et son goût sucrée, elle se marie aussi bien avec des plats salés que sucrés. Si vous ne la consommez pas encore, il faut absolument que vous la testiez !

 

La patate douce : un apport en glucides à IG modéré

Avec ses 18g de glucides par 100g, elle apporte des glucides à IG modéré qui sont tout à fait adaptés au quotidien ou avant une épreuve d’endurance. Elle vous permet de varier vos sources de glucides et de sortir du rituel des pâtes, du riz et des patates. Tous ces féculents apportent environ la même quantité de glucides pour 100g d’aliment cuit. De plus, la patate douce contient seulement 3g de fibres par 100g (soit 2 fois moins que des pâtes au blé complet) ce qui pourra aider à prévenir les troubles digestifs chez les personnes sensibles.

Si vous recherchez un plat avec un IG encore plus bas, vous pouvez additionner la patate douce d’aliments fibreux comme les légumes par exemple (petit rappel : les fibres sont à limiter la veille d’une grosse épreuve sinon vous risquez les troubles digestifs).

Si vous voulez utiliser la patate douce pour la récupération après une grosse épreuve, vous pouvez lui ajouter du sucre blanc ou du miel cristallisé qui feront augmenter l’IG (très facile à faire en gâteau par exemple).

 

La patate douce : un apport en anti-oxydant

Il existe de nombreuses variétés de patates douces mais je vous conseille celles dont la chair est orangée pour son apport record en béta carotène (100g de patate douce vous apporte 10 fois la dose journalière recommandée) ! Le béta carotène joue un rôle antioxydant dans l’organisme. En fonction des besoins, il peut être transformé en vitamine A et intervenir dans l’immunité par exemple.

La patate douce est aussi une source de potassium (intervient par exemple dans la contraction musculaire, le métabolisme des glucides,  la synthèse des protéines…) et de cuivre (rôle anti oxydant et dans la synthèse de l’hémoglobine pour le transport de l’oxygène dans le sang). Même si elle contient des quantités intéressantes de vitamines B5 et B6, celles-ci seront grandement détruites par la cuisson dont non disponibles pour votre corps.

 

 

A quelle période de l’année la consommer ?

La patate douce a besoin de chaleur pour pousser donc elle est peu cultivée en France métropolitaine. On peut tout de même en trouver de la “made in France” à l’automne mais la majorité de la production se fait en Asie et en Afrique ce qui la rend disponible toute l’année sur les étales.

 

Comment choisir, cuisiner et conserver la patate douce ?

Il existe de nombreuses variétés de patates douces avec des chairs blanches, oranges ou même violettes. Pour l’apport en béta carotène, je vous conseille les patates douces à la chair orange.

Pour les choisir : la peau de la patate douce présente souvent des traces et des irrégularités, assurez-vous simplement qu’elle ne soit pas clairement abimée. Elle doit être dure au toucher et ne présente pas d’odeur spécifique.

Pour la cuisiner vous avez le choix : pelée puis cuite à la vapeur, à l’eau ou au four (à ma connaissance, la peau n’est pas comestible). Vous pouvez la réduire en purée, la découper en rondelles pour pour gratin ou encore sous la forme de frites ou de cubes et cuites au four. Grâce à son goût légèrement sucré, la patate douce peut se cuisiner en version salée (purée, frites, gratins…) et aussi en version sucrée (très bon en gâteau moelleux ou en crème au chocolat).

Pour la conservation : préférez un endroit frais et sec à l’abri de la lumière (attention, elle se conserve moins longtemps que les pommes de terre).

 

 

Photos par E.C.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon ebook et améliorez vos performances en mangeant mieux sans prise de tête