15 jours de jeûne intermittent : aïe aïe aïe ! (3/6)

fourchette 2

Bonjour les athlètes, j’espère que vous allez bien et que vous progressez vers votre objectif !

 

Qui aurait cru qu’il fallait souffrir pour tenir un blog ?? 🙂

Je me posais beaucoup de questions sur le jeûne intermittent et j’entendais pleins de témoignages positifs sur cette pratique modifiée du jeûne…alors forcément j’ai eu envie de tester. En parallèle, j’ai fait des recherches sur les études scientifiques menées sur le jeûne et je dois dire qu’il y a des avantages certains à le pratiquer. J’ai compilé les infos que j’ai trouvé dans cet article “Jeûne intermittent : des bénéfices selon qui vous êtes”.

 

Maintenant, rentrons dans le vif du sujet et de mon expérience de jeûne intermittent.

 

Comment je me suis lancée ?

Parmi toutes les infos que j’ai pu recueillir et notamment les témoignages de ceux qui pratiquent le jeûne intermittent, je me suis rendue compte que dans la version 16/8 c’est le petit déjeuner qui saute la plupart du temps. Pour rappel, le 16/8, c’est la version où on jeûne pendant 16h d’affilée (du coup on mange au cours des 8h restantes). Donc au départ, je me suis dis que c’était cohérent de sauter le petit déjeuner car plus facile socialement de ne pas manger le matin plutôt que de louper les apéros et les dîners. Par contre, là où c’était un peu plus difficile à imaginer, c’est que pour moi le petit déjeuner c’est sacré et c’est vraiment un gros repas. Pour me rassurer, je me suis dis que si de nombreuses personnes arrivaient à tenir la matinée sans manger alors mon corps pourrait s’adapter. En préparant mon jeûne intermittent, j’avais lu que les 2 premières semaines pouvaient être un peu difficiles (notamment parce qu’on a envie de manger) mais qu’ensuite les personnes ressentent une vraie amélioration avec des impacts positifs (en plus des bénéfices santé dont je vous ai parlé dans cet article)  tels que :

  • une plus grande capacité de concentration
  • moins de fatigue
  • moins de dépendance à la nourriture

Donc je me suis dit que ça valait bien le coup d’essayer de sauter le petit-déjeuner pendant 1 mois !

 

Les difficultés que j’ai rencontré (et que je rencontre encore au bout de 2 semaines)

La Faim !!

En 2 semaines, ma sensation de faim le matin n’a que peu évolué. J’ai vu un mieux au bout de 4 à 5 jours avec une sensation de faim qui était plus supportable mais globalement j’ai toujours cette envie de manger qui revient régulièrement au cours de la matinée avec son lot de bruits digestifs. Je compense un peu ces petits désagréments en buvant beaucoup de tisanes (ce qui est plutôt bénéfique) mais à chaque fois le soulagement est de courte durée.

 

Lion

L’irritabilité

Déjà, en temps normal, quand j’ai faim, je suis vite irritable et bien là ce n’est pas mieux (un peu à l’image du lion sur la photo).

 

La concentration

Elle va de paire avec les 2 éléments du dessus, c’est à dire que lorsque j’ai faim, je n’arrive pas à me concentrer et c’est d’autant plus présent lorsque je travaille sur ordinateur. Ce n’est donc pas toujours évident d’adapter mes activités mais je trouve que je m’en sors pas si mal au final. Par contre, j’attends toujours de ressentir cette quiétude qui permet une grande concentration.

 

Manger moins ou plus ou comme avant ? 2 repas ou 2 repas + 1 goûter ?

Doute

Ca a été ma grande question ! Je ne savais pas si je devais changer mes habitudes (hormis le fait de retirer le petit-déjeuner). 

En testant ce jeûne, je ne cherche pas à perdre du poids car je n’ai pas de problème de ce côté là et l’une de mes craintes c’est de subir l’effet yoyo juste après l’arrêt du jeûne et de reprendre plus de kilos que ceux que j’aurai perdu. En retirant le petit déjeuner, je retire forcément une part non négligeable de calories et de nutriments donc, je dois m’attendre à une baisse sur la balance. Alors j’ai essayé différentes choses pour limiter la perte de poids et voir les effets que ça pouvait avoir sur ma sensation de faim du matin :

  • j’ai mangé plus au déjeuner et au diner pour compenser l’absence du petit déjeuner : résultat j’ai du mal à digérer ce qui est désagréable et en plus ça ne m’empêche pas d’avoir faim le lendemain matin pendant les 5 dernières heures du jeûne.
  • j’ai mangé à ma faim à midi, fait un petit goûter (sans forcément avoir faim) : résultat, j’ai du mal à avoir faim le soir donc je mange plus tard ou je mange moins et au final j’ai pas trouvé que ça m’aidait à avoir moins faim le lendemain matin.

Au bout de 2 semaines de jeûne intermittent, je n’ai perdu que 300g et 0.2% de masse grasse (selon ma balance) ce qui m’a rassuré. Donc soit mon métabolisme de base a diminué, soit j’ai réussi à compenser suffisamment les apports alimentaires pendant les 8h où j’avais le » droit » de manger pour ne pas perdre de poids. 

Les bénéfices du jeûne intermittent au bout de 2 semaines

Même si la sensation de faim reste difficile à gérer, j’ai quand même pu noter des éléments intéressants :

  • côté sport : j’arrive à continuer à faire du renforcement musculaire le matin au réveil mais les matins où je dépasse 30 min, je sens que c’est plus difficile. Pour les sorties en endurance, je dirais que le jeûne intermittent n’est pas incompatible à condition de faire ses sorties pendant les phases où on est alimenté (surtout si c’est intensif ou si ça dure plus de 30 à 40 min) et de bien optimiser l’alimentation pendant la phase de récupération.
  • côté dermato : la peau de mon visage est plus fine, plus lisse et lumineuse. Je ne m’y attendais pas et la comparaison reste à mon appréciation mais je trouve qu’il y a du changement positif de ce côté.
  • côté attirance pour le sucre : un des avantages majeurs en ce qui me concerne c’est que depuis que j’ai commencé le jeûne, mon attirance pour le sucré a énormément diminué. Si vous me lisez depuis un moment, vous savez que je consomme déjà peu de sucre mais que ce goût pour le sucre reste présent (comme en attente d’une occasion pour ressortir du placard). Mais là, avec le jeûne c’est différent. Mon corps est attiré par autre chose, en l’occurrence plutôt  les matières grasses. L’avantage c’est que lorsque je fais un goûter, je mange des oléagineux ou une tranche de pain avec du fromage et je n’ai pas toujours envie d’un dessert sucré à la fin des repas. L’inconvénient c’est que je ne mange pas beaucoup de fruits depuis 2 semaines, et je n’en ai pas spécialement envie. Donc je compense en mangeant une bonne dose de crudités sur les 2 repas principaux pour avoir un apport suffisant en vitamines et minéraux.
  • gain de temps : c’est fou le gain de temps le matin depuis que je n’ai pas à me faire un petit déjeuner ! Je n’aime pas le reconnaître (car j’adore ce repas) mais je peux comprendre que les gros dormeurs ou les couche-tard zappent le petit déjeuner juste pour dormir un peu plus.

Progrès

En bref

Pour le moment, je ne suis pas emballée par le jeûne intermittent sous cette forme 16/8. Pour moi les inconvénients (sensation de faim le matin, irritabilité, manque de concentration) sont encore trop importants par rapport aux bénéfices (belle peau, baisse de l’attirance pour le sucré, gain de temps). Je continue tout de même pendant encore 2 semaines car parfois les changements prennent du temps. Rendez-vous dans 15 jours pour le bilan du défi 1 mois de jeûne intermittent.

 

Dites-moi dans les commentaires comment vous avez vécu les premiers jours de jeûne intermittent (est-ce que je suis la seule à avoir encore autant faim au bout de 2 semaines) ?

 

Photos par FeelPhotoz, DaFranzos, ElisaRiva, 3D Man.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Alexandra dit :

    Merci pour ton article, c’est très interessant.
    Je vois beaucoup d’article concernant le jeûne intermittent, ça semble très à la mode et je me demandais si c’était pour de bonne raisons.
    Je ne l’ai pas encore testé mais je garde l’idée dans un coin de ma tête, en bonne sceptique 🙂
    J’attend avec impatience de te lire dans 15 jours pour connaitre le bilan définitif !
    En attendant, bon courage !!

    • Elodie Cluzeau dit :

      Merci de tes encouragements Alexandra. Si tu te lances à ton tour, n’hésites pas à nous partager ton ressenti 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon ebook et améliorez vos performances en mangeant mieux sans prise de tête