Comment éviter la prise de poids à Noël sans frustration ?

Bonjour les athlètes, j’espère que vous allez bien et que vous progressez vers votre objectif !

 

Vous avez envie de profiter des fêtes de fin d’année ! De profiter des bons repas en famille et avec les copains ! De profiter de ces moments chaleureux où tout le monde est heureux de se réunir autour de plats plus appétissants les uns que les autres !

En même temps, vous savez que si vous vous lâchez en fin d’année, il y a de grandes chances que vous preniez du poids.

Ça veut dire que pour commencer la nouvelle saison, vous allez débuter avec ce surpoids ce qui va forcément vous pénaliser au départ. Vous allez en baver pour redémarrer parce que vous aurez des kilos en plus ce qui nuira forcément à votre performance.

Vous savez à quel point c’est rageant de voir qu’on a perdu en capacités. Comme il faut de la persévérance et de la patience pour retrouver l’état de forme dans lequel on était avant.

 

Parce que oui, on est très nombreux à vouloir éviter de prendre du poids à Noël mais personne n’a envie de se priver parce que c’est un moment heureux. 

 

Maintenant, voyons comment éviter la prise de poids sans frustration grâce au livre “Mangez en paix” de Gérard Apfeldorfer. Mais tout d’abord voici un pré-requis !

Je vous propose cet article en version vidéo (cliquez sur “lecture” pour la regarder) ou en version écrite (juste en dessous de la vidéo).

 

Suis-je folle ?

Le titre de ce paragraphe vous intrigue ? Lisez la suite !

Aucun aliment ne fait grossir ! Là, ça y est, vous vous dites que je deviens folle ? Tout le monde sait que les petits fours, les plats en sauce et les bûches pâtissières font grossir.

Et bien ce n’est pas tout à fait exact !

Ce qui est vrai, c’est que ce sont des aliments riches en énergie. Les petits fours sont souvent riches en glucides et en lipides à cause des pâtes feuilletées. La sauce du poisson ou de la viande contient souvent une bonne dose de matières grasses. Les desserts cumulent eux aussi glucides et lipides en quantités élevées.

Il faut aussi avoir en tête que :

– Le fonctionnement normal du corps nécessite une certaine dose d’énergie.

Certaines matières grasses sont tout aussi indispensables à la vie que certaines vitamines qu’on trouve dans les fruits et les légumes. Alors pourquoi ces derniers sont-ils les seuls à avoir bonne presse ?

– Nos efforts d’endurance ne seraient pas envisageables sans nos réserves de sucre et de gras.

Les efforts de longue durée et de très longue durée ne sont possibles que parce que nous ingérons des calories pendant l’effort !

La quantité d’énergie contenue dans un aliment ne doit pas être le facteur de choix n°1 des aliments.

Ce qui fait grossir, c’est la quantité de chaque aliment que vous allez consommer.

Ce qui fait grossir c’est de nier les messages que tente désespérément de vous envoyer votre corps.

Vous savez quand vous sentez que vous n’avez plus faim ou plus envie d’un aliment mais que vous continuez quand même à le manger ! Vous le faites parce que vous en avez encore dans votre assiette, parce qu’il faut faire honneur au plat, parce que tout le monde mange encore.

 

Houston, est-ce que vous me recevez ?

Si nous sommes capables de communiquer à des milliers de kilomètres, pourquoi est-il si difficile d’entendre ce qui est à l’intérieur de nous ?

Je pense que nous avons tous déjà ressenti ces sensations désagréables d’avoir le ventre trop plein. Ces sensations de ne plus apprécier à sa juste valeur un plat ou un aliment. Ces sensations d’être englué dans un corps trop rempli et léthargique alors que le repas n’est pas encore fini. C’est quand même loin d’être aussi agréable que la 1e bouchée de cette tartine de rillettes de canard du sud ouest ou de ce délicieux fondant au chocolat, non ?

 

Tendez l’oreille

En début du repas, scannez votre corps.

– Sensations : avez-vous faim un peu ? beaucoup ? pas du tout ? Avez-vous soif ? Faites-le sans réfléchir à ce que vous avez mangé la veille ou au dernier repas ! Faites-le sans pensée parasite.

– Niveau de faim : à combien s’élève votre faim sur une échelle de 0 à 10 (0 je n’ai pas faim du tout, 10, je suis affamé(e)).

– Envies particulières : avez-vous envie de certains aliments particuliers ? De fraîcheur ? D’aliments riches en énergie ? De viande ?

STOP ! Prenez 30 secondes, là maintenant, tout de suite, pour scanner votre corps ! Alors vous êtes à combien sur l’échelle de la faim ? Maintenant, reprenez la lecture.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Un peu de gourmandise : pâte à tartiner cacao/noisettes

 

Le lundi des patates, le mardi des patates…aussi ?

Vous êtes maintenant capable d’identifier votre niveau de faim et le type d’aliments qui vous feraient du bien. Il est temps d’identifier dans le menu ce qui répondrait à ces 2 contraintes (niveau de faim, attirance pour un type d’aliment). Vous savez que le dessert vient de votre pâtissier préféré et vous voulez absolument en profiter ? Alors mangez en petite quantité l’entrée et le plat pour vous réserver le plus de plaisir sur la fin du repas.

Au contraire, le plat que fait cette personne est toujours à tomber par terre et vous pourriez ne manger que ça ? Alors faites le choix de manger très peu d’entrée pour profiter au maximum du plat. Refusez le dessert ou mangez-en une toute petite quantité s’il vous reste de la faim.

 

J’adore les plans qui se déroulent sans accroc

C’est bien d’avoir un plan d’action mais ça nécessite souvent des ajustements.

Au début de chaque plat, prenez quelques secondes pour regarder votre assiette et dégustez une première bouchée. Est-ce que vous ressentez ce plaisir dégagé par les aliments qui sont dans votre bouche ?

Puis toutes les 2 à 3 bouchées, concentrez-vous à nouveau sur les sensations. Est-ce que c’est toujours aussi plaisant ? Vous allez vous rendre compte au fur et à mesure que votre attirance pour ce que vous mangez va diminuer. Arrêtez-vous de manger quand vous sentez cette baisse d’attirance. Demandez-vous si en manger davantage vous procurerait encore plus de plaisir.

Vous voulez absolument prendre plaisir pour un plat qui vient après comme par exemple un dessert ? Alors mangez en plus petites quantités les plats précédents. Rappelez-vous que ce qui compte c’est d’apprécier et de finir dans un état de bien-être !

 Maintenant que vous avez un plan, voyons comment éviter les pièges de 4 situations fréquentes !

4 pièges à éviter absolument

Comme un enfant dans un magasin de jouets : le buffet

Il y a tant de choses appétissantes. Et si vous preniez un peu de tout ?

Ce n’est pas la meilleure solution car vous risquez de vite vous retrouver avec une assiette énorme. Les yeux plus gros que le ventre.

Encore une fois, identifiez votre niveau de faim et les aliments qui vous tentent le plus. N’ayez pas peur de passer à côté d’un super petit four ou d’un super plat. Nous sommes dans une société où les occasions de manger des plats délicieux ne manquent pas. Si vous en laissez certains de côté, vous pourrez toujours en manger demain ou dans 1 mois ! Ce qui compte c’est de se sentir bien à la fin du repas. Si vous avez encore faim après avoir fini votre assiette, aucun problème, c’est un buffet !

 

Les gens qui vous nourrissent

Il y a certaines personnes qui aiment vous nourrir. Leur amour déborde de générosité alimentaire. Comment rester dans une sensation confortable sans refuser cet amour, ni blesser la personne ?

L’auteur vous suggère de goûter à tout mais en petite quantité. Ne vous forcez pas à finir votre assiette ni à vous resservir. En contrepartie, faites des compliments (il faut qu’ils soient sincères) sur la qualité de la cuisine, le choix des plats… Posez des questions sur un aliment ou sur la façon de s’y prendre pour faire le plat. Bref, intéressez-vous à la personne !  Ainsi vous montrez que vous avez été attentif à ce que vous avez mangé et que vous avez pris du plaisir. Si vous avez encore faim, resservez-vous !

 

Vous avez tout votre temps

On a tous des amis ou un membre de notre famille qui aiment prendre leur temps. Vous savez que vous n’allez pas passer à table avant un long moment. Le risque c’est d’arriver avec l’estomac dans les talons et de se ruer sur les apéros. Conséquence, vous n’avez plus faim au moment du repas.

La solution proposée par l’auteur c’est d’anticiper. Mangez un petit en-cas en fin de matinée ou d’après-midi selon la situation. De cette façon, on se passe facilement des petits fours ou des gâteaux apéros. On peut ensuite profiter vraiment du repas le moment venu. Pour votre en-cas, privilégiez les fruits frais ou quelques fruits séchés et une poignée d’oléagineux. C’est bourré de vitamines et de minéraux sans brider votre faim.

 

Doggy, quoi ?

Le restaurant, c’est la situation la plus facile à mes yeux. On a la carte et on choisit en fonction de son appétit et de ses envies. Le foie gras vous tente mais il y a aussi ce merveilleux tiramisu qui vous appelle. Vous savez que si vous prenez les 2, vous n’aurez plus faim au dessert. Vous n’allez pas l’apprécier. Faites un choix !

Prenez une entrée plus légère ou pas d’entrée du tout pour profiter du dessert. Vous pouvez aussi prendre l’entrée et voir au moment du dessert si vous avez encore faim. C’est pour ça que le dessert est rarement commandé au début du repas. A moins que vous vouliez profiter de l’entrée et du dessert. A ce moment-là il faudra peut être prendre un plat léger.

Il y a un autre avantage au restaurant.  Même si on ne choisit pas la taille de la portion, on peut demander un doggy bag. Rappelez-vous que ce qui compte c’est que vous terminiez le repas de façon confortable.

 

Maintenant, je vais être sincère avec vous

Ça demande un peu de travail ! L’avantage c’est que plus vous aurez l’habitude d’être à l’écoute de vous-même et plus ce sera instinctif. Donc profitez de ces quelques jours avant noël pour vous entraîner. On sait tous qu’un sportif tel que vous sait suivre les plans d’entraînement 😉

-Etape 1 : j’identifie mes sensations.

-Etape 2 : j’identifie ce que je veux manger, là ou je veux absolument prendre du plaisir.

-Etape 3 : j’adapte mes portions ou le choix des plats pour terminer le repas confortablement.

Vous pouvez aussi mettre par écrit vos sensations. Vous apprendrez à ajuster vos choix au fur et à mesure des repas.

-Avant de manger : notez votre niveau de faim de 0 à 10. L’auteur nous conseille de se mettre à table avec une faim modérée à 5 (pour éviter de se ruer sur l’apéro par exemple).

-Après le repas : notez votre niveau de satiété de 0 à 10. L’auteur conseille de terminer son repas avec une satiété modérée à 5.

Vous pouvez aussi noter les éléments majeurs de ce repas. Par exemple, vous avez réussi à limiter tel aliment pour être certain de vous faire plaisir sur tel autre. Au contraire, vous avez mal évalué votre faim si bien que vous n’avez pas apprécié le dessert.

 

Si vous voulez en finir avec la dépendance et les craintes au sujet de la nourriture, si vous voulez retrouver votre poids de forme sans régime ni frustration, je vous conseille de lire ce livre ! Là encore, rien de magique, il faudra mettre en pratique les exercices.

Vous aussi vous avez envie de découvrir cette bombe ? Alors 2 solutions :

  • cliquez sur le livre ci-dessous pour l’acheter sur Amazon
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Born to run : à lire absolument !
  • si vous préférez éviter ce géant du net, vous pouvez aussi le trouver dans une librairie en ligne que je trouve très bien : Momox.

 

Pour en savoir un peu plus, cliquez ici pour lire le résumé que j’ai fais du livre.

 

A très vite et d’ici là, prenez-soin de vous et mangez sainement !

Sur cette page se trouvent des liens affiliés. C’est à dire qu’ils me permettent de toucher une petite commission si vous achetez un produit en passant par l’un des liens. Bien évidemment cela n’augmente pas le prix final que vous allez payer. Ces commissions me permettent de vous offrir autant de contenu gratuitement, donc merci si vous passez par mes liens pour acheter les produits ! Sachez que je ne recommanderai jamais un produit si je ne l’estime pas à la hauteur. C’est essentiel pour moi de vous apporter le maximum de valeur !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement l'ebook "3 étapes pour trouver MON ALIMENTATION de l'effort IDEALE"