Huile de coco : est-elle bonne pour la santé ?

Bonjour les athlètes, j’espère que vous allez bien et que vous progressez vers votre objectif !

Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver au sujet de l’huile de coco. Dans cette vidéo, je réponds à la question de Jérôme à propos de cette matière grasse.

 

Pour ceux qui préfèrent lire, voici la transcription :

Bonjour les athlètes, je suis Elodie et je vous souhaite la bienvenue sur cette nouvelle vidéo de Recettes de sportif. Aujourd’hui je réponds à la question de Jérôme au sujet de l’huile de coco.

Tout d’abord, si vous atterrissez sur cette chaîne pour la 1e fois, sachez que vous y trouverez des conseils, des astuces et pleins d’autres choses encore pour améliorer vos performances sportives et votre bien-être grâce à l’alimentation. Alors avant d’oublier, abonnez-vous à la chaîne et rdv sur le blog Recettes de sportif.com pour en apprendre plus.

Pour en revenir au sujet de cette vidéo. Jérôme me dit : Bonjour Elodie, petite question : est-ce que l’huile de coco est bonne ou pas pour notre santé ?

C’est vrai qu’on entend beaucoup de choses à propos de l’huile de coco et en tant que consommateur ce n’est pas facile de s’y retrouver. Ce qu’on peut déjà déduire à propos de ces avis divergeant c’est que la nutrition c’est très complexe et qu’il y a une multitude de facteurs qui interagissent les uns avec les autres. Ca montre aussi que les chercheurs ont encore du travail pour un bon moment 😉 . Donc dans ce genre de situations, à mes yeux on ne peut pas dire oui l’huile de coco est bonne pour la santé ou non il vaut mieux l’éviter au maximum. On va quand même essayer de comprendre le sujet pour que vous puissiez vous faire votre propre avis et vous allez voir que je vais beaucoup parler au conditionnel.

 

De quoi est-elle composée ?

L’huile de noix de coco est une matière grasse d’origine végétale qui est particulièrement utilisée en Asie du sud est et dans le pacifique. Elle est composée en très grande majorité d’acides gras saturés à chaîne moyenne (pas de panique, je vous explique ça dans la suite de la vidéo). Dans sa version vierge, elle contient aussi des substances naturellement antioxydantes qu’on appelle les polyphénols (oui c’est comme dans le vin :D) et d’un peu de vitamine E. Dans les produits du commerce, sur la liste des ingrédients elle peut être appelée huile de coprah.

Si on s’intéresse d’un peu plus près à sa composition, les acides gras ce sont des lipides qui donnent 2 propriétés à cette huile :

  • elle est solide à température ambiante comme le beurre ;
  • elle résiste à la cuisson.

Avant d’aller plus loin, je vous propose un petit schéma pour mieux comprendre les acides gras et quelques exemples d’aliments dans lesquels on les trouve :

 

Pourquoi les acides gras saturés ont mauvaise presse ? 

De nombreuses études ont pointer du doigt leur impact négatif sur le développement des maladies cardiovasculaires et sur le cholestérol sanguin (LDL)

Sauf que :

  • Notre corps produit naturellement des acides gras saturés car ils interviennent dans la fourniture d’énergie (ce sont des carburants pour l’endurance). Ils sont aussi des composants des parois de nos cellules et ils interviennent dans la communication entre les cellules. Ils sont donc utiles à l’organisme.
  • De plus en plus d’études mettent en évidence que ce n’est pas tant les matières grasses qui seraient à l’origine des maladies cardiovasculaires mais que les glucides que nous mangeons ont eux aussi leur rôle à jouer.
  • La famille des acides gras est grande et s’il en existe des différents alors on peut supposer qu’ils ont des impacts différents sur notre organisme. C’est ce que certaines études laissent penser. L’association acides gras saturés à chaîne moyenne + polyphénols qu’on retrouve dans l’huile de coco vierge présenterait des bénéfices pour notre corps sur la stabilité du poids, le système cardiovasculaire, le maintien de la glycémie.

 

Autre point important

Il faut prendre en compte la quantité d’acides gras saturés consommée par rapport à l’ensemble des matières grasses de notre alimentation. Ne manger que des acides gras saturés n’a pas le même impact que de manger différents acides gras (saturé, mono-insaturé, poly-insaturé). C’est souvent la dose qui fait le poison.

En fonction du reste de notre alimentation, il peut encore y avoir d’autres interactions favorables ou défavorables qu’on ne connait pas forcément à l’heure actuelle. Les populations asiatiques qui consomment beaucoup d’huile de coco sont aussi des populations qui mangent beaucoup de végétaux, légumes et condiments, des épices, du poisson, des algues, des céréales et peu de sucre raffiné ou de viande. On peut donc supposer que les conséquences de la consommation élevée d’huile de coco n’est pas la même sur leur organisme que sur le notre.

 

Les acides gras trans

Là où il y a consensus, c’est en ce qui concerne l’huile de coco dans les produits industriels. En effet, dans de nombreux cas, les process de fabrication engendre une modification des matières grasses ce qui les transforme en acides gras trans. Et cette forme là d’acides gras modifiée est reconnue comme étant impliquée dans le développement des maladies cardiovasculaires.

 

En conclusion

Pour répondre concrètement à ta question Jérôme, je recommande :

  • de ne pas bannir l’huile de coco même si elle contient beaucoup d’acides gras saturés ;
  • MAIS d’en consommer de temps en temps dans des plats fait maison (plats exotiques, gâteaux…) ;
  • de TOUJOURS choisir les flacons estampillés huile de coco vierge et de 1e pression à froid pour préserver les substances naturelles antioxydantes et éviter de se retrouver avec des acides gras trans ;
  • ET de varier au quotidien les matières grasses pour bénéficier des atouts de chacune d’elles. Gardez en tête de bien incorporer chaque jour des aliments riches en acides gras poly-insaturés tels que l’huile de colza, de lin, de noix ou des poissons type sardines ou maquereaux pour leur richesse en oméga 3.

 

J’ai bien conscience que c’était assez technique alors s’il reste des zones d’ombre posez moi vos questions dans les commentaires !

Avant de partir, si cette vidéo vous a été utile, pensez à mettre un pouce bleu et à vous abonner.

Je vous dis à très vite pour une nouvelle vidéo, d’ici là, prenez soin de vous et mangez sainement !

 

Elodie

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Yves B. dit :

    Encore une fois, merci pour cette vidéo, pas facile certe, mais on va y arriver !
    Pratiquant de longue distance en triathlon, cela me semble être une bonne idée d’inclure de l’huile de coco (1ere pression à froid) dans des barres de céréales. Ma question est la suivante : auriez vous une idée de recette pour confectionner la « barre parfaite » ??? j’y verrai bien: noisettes/amandes, raisin sec, abricot, huile coco, levure de bière… ?

    • Elodie Cluzeau dit :

      Bonjour Yves, merci pour votre commentaire ! Par rapport à la barre de l’effort, la barre parfaite c’est celle qui vous convient : facile à transporter, à mastiquer, bonne tolérance digestive, composition en nutriments adaptée à la durée et à l’intensité de votre effort… Donc ça fait beaucoup de variables !! L’huile de coco est pratique car solide à température ambiante mais il faut doser l’apport en matières grasses pour que ce soit bien toléré au niveau digestif pendant l’effort (huile de coco + amandes et noisettes, ça peut faire trop). Pour que je vous donne plus de précisions, pouvez-vous m’en dire plus sur ce qui vous motive à mettre de l’huile de coco dans une barre de l’effort ? Le goût ? Pour « maintenir » les ingrédients entre eux ? Pour avoir un apport en lipides ? Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon ebook et améliorez vos performances en mangeant mieux sans prise de tête